Cadeaux, objets inutiles : gentillesse à revendre

Voici un article très rejouissant, paru sur intérêts privés,   sur la joie que procure des cadeaux non désirés …

Au lendemain de Noël, vous ne saurez plus comment ranger le bric-à-brac qui encombre déjà vos placards. Pourquoi ne pas vendre certains cadeaux ou vous les faire rembourser ?

On vous a offert une assiette décorative alors que vous détestez ce genre de bibelot, vous avez reçu un DVD que vous aviez déjà ? Allez-vous les reléguer au fond d’un placard ou leur donner une autre chance de faire un heureux ?

Mathieu R. fait partie de ces internautes décomplexés qui, à peine le cadeau déballé, le photographie afin de le mettre en vente sur Internet : « Je ne trouve pas cela gênant. Après tout, la personne qui me l’a offert voulait me faire plaisir. Elle s’est trompée dans son choix mais pas dans son but puisque avec l’argent que je vais obtenir de la vente, j’achèterai exactement ce que je veux. »

Inavouable il y a encore quelques années, la revente de cadeaux s’inscrit désormais dans une attitude consumériste nouvelle : vous êtes en effet de plus en plus nombreux à mettre vos cadeaux en vente dès le lendemain de Noël sur des sites de ventes en ligne. D’après un sondage TNS/Sofres de 2007 (pour eBay), 36 % des internautes sont prêts à revendre leurs cadeaux.

Pour les moins pressés, il y a aussi la possibilité de placer les objets en dépôt-vente , de participer à un vide-greniers ou de faire appel à CocoVentou.

Éviter les doublons

Crise oblige – et selon une étude du cabinet Deloitte (« Les fêtes de Noël à l’épreuve de la tourmente », nov. 2008) -, les consommateurs envisagent de réduire de 7 % leur budget cadeaux pour ce Noël 2008 et préfèreraient se voir offrir un cadeau « utile ». Ainsi, recevoir de l’argent arrive en tête (43 % des cadeaux plébiscités), suivi par les vêtements (38 %) puis les chèques cadeaux (37 %). Pour être sûr d’offrir « utile », demandez une liste ! Si vous ne voulez pas prendre le risque de décevoir, le plus simple est de se mettre d’accord sur une liste des cadeaux que la personne aimerait recevoir. « Cela fait plusieurs années qu’avec ma belle-soeur, nous échangeons, dès début novembre, une liste des cadeaux qui ont la préférence des petits et… des grands, explique Caroline L. Résultat : des cadeaux qui plaisent vraiment et la surprise quand même conservée, puisque l’on ne sait pas lequel sera finalement offert ».

Publicités